Descriptif des activités

 La raquette :

Image raquette2

La raquette est la plus abordable des activités hivernales. Peu couteuse, elle est aussi celle qui nécessite le moins d’habiletés physiques et d’expérience de l’hiver ou des sports de glisse.

 

Le ski nordique :

Le monde du ski nordique, c'est-à-dire l’ensemble des disciplines où le talon n’est pas toujours en contact avec le ski, est très vaste. Il existe beaucoup de combinaisons possibles dans l’équipement qu’il est facile aujourd’hui d’évoluer dans de nombreux environnements boisés ou alpins différents, tout en vivant de très bonnes expériences de ski. Le ski nordique est une activité qui peut être autant demandant physiquement que relax dépendamment de la manière dont on la pratique.

 

Éventail des disciplines incluent dans le ski de randonnée (ski nordique)

 

Ski de fond (ski classique, ski de patin…)

Image ski de fond Image ski de patin

 

 

 

 

 

En ski de fond pour se déplacer, le skieur applique une poussée sur le ski. En ski de fond classique, le skieur suit des traces creusées dans la neige par un centre de ski. Le mouvement du skieur est un mouvement de poussée longitudinal qui combine une succession de gestes dont l’ensemble compose la technique du pas alternatif.

En ski de patin la poussée est latéral (comme en roller blade). Le skieur utilise une surface de deux mètres environ damées par le centre de ski. On retrouve en général cette surface damée est à côté des traces de ski classique. Les parcours de ski de patin disponible sont néanmoins beaucoup plus court que les circuits de ski classiques.

 

 En ski de fond classique, l’accroche du ski sur la neige qui génère un déplacement vers l’avant est de deux natures.

·         La première option est celle de la cire collante que l’on nomme cire d’accroche. La cire d’accroche est appliquée sur une zone du ski nordique que l’on appelle la pochette de fartage. Elle correspond à deux longueurs de semelle de botte. La plante du pied est évaluer au 1/3 de la longueur de cette zone et le 1/3 restant étant situés en avant du pied.

·         La deuxième option est l’option des écailles ou de structures incrustées dans la base du ski sur la même zone que celle décrite précédemment.

En ski de fond le phénomène de glisse est favorisé par la pose d’une cire de glisse qui est apposées sur la zone de glisse du ski. Cette zone de glisse est en perpétuel contact avec le sol et donc la neige. Ce qui n’est pas le cas de la zone d’accroche qui elle n’est en contact avec le sol que lors de la poussée du skieur sur le ski. C’est d’ailleurs lors du rebond du ski que l’énergie est transféré sur le ski opposé additionné à un transfert de poids qui participe à l’optimisation d’un mouvement soutenu,  redondent et cyclique. En ski de patin la zone de glisse couvre toute la surface du ski. Il n’y a pas de zone d’accroche.

 

Ski de randonnée

Image ski de rando2

Le ski de randonnée s’apparente au ski de fond classique. A la différence que le ski de randonnée est une discipline qui permet de se déplacer en hors-piste sur tout type de neige. Le ski à moins de cambrure qu’un ski de fond donc une réponse à la poussée moins efficace. Le mouvement de pas alternatif reste donc le même mais il est moins accentué qu’en ski de fond classique.

Au niveau de l’accroche du ski sur la neige, la plupart du temps c’est une accroche dite mécanique qui est la plus utilisée. C’est dire à écaille ou structures incrustées.

En ce qui concerne la glisse lors du mouvement de poussée, c’est la même chose que pour le ski de fond car les skis de randonnées sont aussi précontraints à la fabrication, ils épousent donc une forme arquée qui permet un mouvement vers l’avant efficace lors d’une poussée verticale sur le ski accompagnée d’un élan vers l’avant du skieur lui même.

La grande différence entre le ski de fond classique et le ski de randonnée est la robustesse de l’équipement qui est plus importante dans le cas du ski de randonnée. En effet, le ski de randonnée est l’outil idéal pour le déplacement hors sentier. Le ski est donc généralement plus large qu’un ski classique, donc plus de flottabilité sur neige folle. Les fixations et les bottes sont elles aussi plus robustes pour admettre certains mouvements latéraux. Il y a un quart métallique sur la longueur du ski pour une meilleure accroche dans la neige lors des virages en descente. Contrairement au ski de fond classique qui est difficilement contrôlable en descente, le ski de randonnée accompagnée d’une bonne technique permet d’apprivoiser des terrains non balisés, non tracés, à forte déclivité et parsemé d’obstacles.

 

Télémark

Image telemark2

Contrairement au ski de fond et au ski de randonnée qui sont deux façons de skier que l’on appelle le ski de déplacement. Le télémark est une discipline plus accès sur la descente. Le ski n’a pas de cambrure aussi prononcé. Le matériel utilisé est plus rigide, souvent plus lourd et plus stable  que celui utilisé en ski de déplacement.

En télémark, c’est un système de peau d’ascension aussi nommée communément des peaux de phoques qui est le plus souvent utilisé. Ce sont des bandes caoutchouc recouvertes de poils synthétiques dirigées dans un même sens longitudinal. C’est cela qui crée un brossage directionnel de la neige. Cette structure de poils procure au skieur une très bonne accroche sur la neige. Cette méthode de recouvrement de la base du ski par une couche d’accroche permet la montée de surface à forte angulation mais elle est peu sécuritaire et efficace lors des phases de descente. Le skieur doit par conséquent prendre un temps pendant sa randonnée, la plupart du temps au point culminant de la randonnée pour enlever et ranger ses peaux dans son manteau pour les plus téméraires ou son sac à dos. Il ne faut en aucun cas que pendant cette phase de transition que les peaux ne touchent à la neige, celle-ci risquerait de coller sur la colle d’accroche dont est enduite la surface de contact entre la peau et le ski et annuler les propriétés d’adhésion de la peau.

 

 

Hybride télémark/haute-route

Hybride tele haute route2

La différence entre ces deux types de ski et de techniques de ski ne réside pas dans le mode d’accroche sur la neige mais dans le type de fixation utilisé pour faire le lien entre la botte et le ski. Dans le télémark dit classique on utilise plus conventionnellement des fixations 75mm et dans le télémark de performance on utilise plus la norme NTN. Il existe aussi un système français très performent qui allie une position télémark NTN  et une position haute route grâce à une talonnière TEC au talon.

Le système d’accroche le plus généralement utilisé est le système de peaux d’ascension.

 

Haute-route

Image haute route2

C’est une technique de ski aussi très axée sur la descente. C’est le type de ski de randonnée le plus proche du ski alpin puisqu’en descente, la technique est la même. Ce qui n’est pas le cas du télémark puisque le télémark intègre le concept de génuflexion ce qui diférencie totalement ces deux techniques  Dans le ski haute-route, en anglais alpine touring, il y a plusieurs systèmes de fixation qui existent. Tous ces systèmes sont extrêmement différents les uns des autres en terme de poids et d’efficacité dans le transfert d’énergie et de contrôle de la botte au ski.

Il existe aussi une catégorie de fixations de ski haute-route adaptable sur une fixation de ski alpin de descente.

Le système qui connaît la plus forte popularité c’est dernier temps est le système TEC qui est un système qui est très léger.

Le système d’accroche le plus généralement utilisé est le système de peaux d’ascension.